Notebook – The Arrangement, le guilty pleasure qu’on n’assume qu’à moitié

0

Bienvenue dans le Notebook, notre carnet de notes très personnel dans lequel vous pourrez lire ce qui se trame dans les têtes de Marshmallow et Praline. Nos critiques façon coups de coeur et coups de gueule dont notre soeur spirituelle Bridget Jones aurait été fière (enfin, on l’espère !).

Vous avez déjà persisté avec une série en vous disant malgré tout à chaque épisode, « mais bon dieu que c’est naze ! » ? Cette phrase, je me la répète à chaque semaine devant Dynasty, rebooté par la CW en manque d’idée et disponible sur Netflix. Je l’ai martelée pendant toute la première saison de Famous In Love, avec Bella Thorne.  Et je l’ai ressortie en découvrant The Arrangement, dont ELLE Girl vient de démarrer la diffusion en France.

Leur point commun ? Des intrigues plus que tirées par les cheveux, un jeu d’acteurs plus que moyen mais des têtes d’affiches toutes plus sexy les unes que les autres. Je le confesse aisément, c’est la présence au générique de Josh Henderson (hellooo le neveu hot hot hot d’Edie Britt dans Desperate Housewives) qui m’a convaincue de me lancer dans The Arrangement. L’intrigue, aussi, avait tout pour me plaire. Kyle West, LA star du moment à Hollywood, très proche d’une association que d’autres qualifieraient de secte, fait signer un contrat de 10 millions de dollars à Megan Morrison (Christine Evangelista), une jeune actrice inconnue, pour qu’elle soit sa petite amie.

@ Daniel Power/E! Entertainment

Une histoire d’amour sous contrat inspirée par Tom Cruise et Katie Holmes ?

Une histoire qui n’est pas sans rappeler les rumeurs vieilles de plusieurs années autour du mariage à trois entre Tom Cruise, Katie Holmes et l’Eglise de Scientologie. Pas mal pour lancer la promo d’une série originale E !, hein ? Je me disais qu’on serait sur la même lancée que l’excellente The Royals, produite par la même chaîne people. Et bien pas franchement. Mais The Arrangement a ce petit truc en plus qui fait qu’on la dévore même si elle est mauvaise. C’est sexy, ça frôle l’interdit et ça permet aussi au beau Michael Vartan de sortir du placard (tout en ravivant mes premiers émois de jeunesse devant Alias).

On vous passe les incohérences de scénario et les rebondissements improbables. Comme en général à Hollywood, plus c’est gros et mieux ça passe. La saison 1 de The Arrangement a été l’un de mes grands plaisirs coupables de 2017, ceux que vous ne criez pas sur les toits (mais que vous partagez avec vos Guimauves adorées). Et autant vous dire que j’attends le 11 mars, date de lancement de la saison 2 aux Etats-Unis, avec impatience. D’ici là, vous n’aurez que dix épisodes à rattraper. Au pire, vous vous ennuyez ferme. Au mieux, vous vous prenez de passion pour les aventures de Kyle et Megan. Et si c’était le côté désuet de cette série qui faisait finalement tout son charme ?

The Arrangement (2017)
avec Josh Henderson, Christine Evangelista et Michael Vartan
Tous les mardis à 20h55 sur ELLE Girl

A propos de l'auteur

Praline

J'avais vu Dirty Dancing avant même de savoir marcher et les téléfilms du début d'après-midi de M6 n'ont aucun secret pour moi. La plus belle des preuves d'amour ? Le "si tu sautes, moi je saute pas vrai" de Rose et Jack alors que le Titanic est en train de couler.

Laissez une réponse