CRITIQUE – Sierra Burgess is a loser, notre winneuse de la rentrée

0

Netflix signe une ode à l’amour de soi dans cette romcom dont l’héroïne nous a parlé comme jamais. Sierra c’est nous, c’est vous. A la fois tendre et délurée, avec une teinte 80s. Bref, on a adoré !

Vous allez finir par vous dire que chez Guimauve, on aime tout. Absolument tout. Ce n’est pas tout à fait vrai. Mais force est de constater que 2018 nous a plus gâtés en termes de romances. Notre Père Noël romantique a un nom : Netflix. Après The Kissing Booth et A tous les garçons que j’ai aimés, la plateforme de streaming nous plonge dans le quotidien de Sierra Burgess, loseuse magnifique dans son lycée typiquement américain et tête de turc de Veronica, la plus populaire des pompom girls.

Et que dire ? Sierra, c’est nous. Cette fille un peu gauche et ordinaire, plus occupée à étudier qu’à se maquiller. Avec un degré de confiance en soi proche du néant. Et pourtant, notre héroïne en a sous le capot. Piégée par Veronica qui a donné son numéro à un très beau garçon en prétendant que c’est le sien, elle va finalement s’allier à elle pour séduire ce fameux Jamey, star de l’équipe de foot du lycée voisin. La romance s’installe à distance entre les deux qui passent leur temps à se textoter et à s’appeler, sans que lui ne connaisse véritablement l’identité de celle dont il est en train de tomber amoureux.

Une ambiance qui rappelle The Breakfast Club et 16 Bougies pour Sam

L’histoire, mix entre notre Cyrano et l’émission de MTV « Catfish » (qui part à la recherche de ceux qui trompent leurs interlocuteurs en se cachant une fausse identité en ligne), appelle à sourire. Fait remonter de vieux souvenirs. Pour au final faire venir les larmes. Car oui, on a été profondément touchés par cette adolescente qui prend peu à peu conscience de sa valeur et se détache du regard des autres pour regagner son estime de soi. Car en apprenant à aimer l’autre, Sierra va aussi et surtout apprendre à s’aimer elle-même.

Une jolie leçon de vie portée par Shannon Purser (Sierra Burgess) qui, si elle nous avait fortement agacés (et on reste polis!) dans Stranger Things, est ici parfaite. Entre émotion et humour, difficile de ne pas s’identifier. Pour lui donner la réplique, Netflix a misé sur sa nouvelle pépite Noah Centineo (A tous les garçons que j’ai aimés), encore plus tendre dans le rôle de Jamey que dans celui de Peter. L’ensemble du cast évolue dans une ambiance assez 80s, qui rappelle The Breakfast Club et 16 Bougies pour Sam, de la photographie (sublime!) à la bande-son. Chère Sierra, tu n’as rien d’une loseuse. Tu as au contraire tout d’une winneuse !

 

Sierra Burgess is a loser (2018)
avec Shannon Purser, Noah Centineo, Kristine Froseth et Lea Thompson
Disponible sur Netflix depuis le 7 septembre

Notre avis :
Passionnément


Be the first to leave a review. Login to Review

A propos de l'auteur

Praline

J'avais vu Dirty Dancing avant même de savoir marcher et les téléfilms du début d'après-midi de M6 n'ont aucun secret pour moi. La plus belle des preuves d'amour ? Le "si tu sautes, moi je saute pas vrai" de Rose et Jack alors que le Titanic est en train de couler.

Laissez une réponse